Qui sommes-nous? | AHIMAN


Qui sommes-nous?

Notre Histoire


Dans la dernière décennie, la Côte d'Ivoire a subi deux guerres civiles. Les conflits en Côte d'Ivoire ont particulièrement touché les femmes, qui représentent la majorité des victimes. Elles ont été très vulnérables à la crise. Les conséquences de ces guerres, ainsi que l'existence de l'inégalité dans l'accès à l'éducation, ont aggravé la situation des femmes. Selon l’institut de statistiques de l’UNESCO, en Côte d'Ivoire, seulement 68% des filles qui fréquentent l'école primaire atteignent le cycle secondaire. Une fois à l'école secondaire, seulement 25% s’inscrivent au deuxième cycle du secondaire, et parmi les personnes titulaires d'un baccalauréat et d’un master, seulement 27% d'entre eux sont des femmes.

Au fur et à mesure que l’on gravi les échelons de l'éducation, de nombreuses filles passent à travers les mailles du filet. Ces tendances sont dues à plusieurs facteurs tels que le manque de supervision académique, les obligations familiales, le mariage précoce, la violence, la faible estime de soi, et l'absence de modèles féminins. Nous pensons que l'une des façons d'affronter ces défis est à travers le mentorat et la promotion du leadership féminin. C’est-ainsi qu’Ahiman a vu jour en 2014 par quatre jeunes filles dynamiques (Josiane BONY, Kedjen DIEGBA, Florence KOIKOU et Lou Lydia GOORE). Aujourd’hui, le bureau d’Ahiman compte 13 membres passionnés par la vision d’Ahiman. Nous avons 50 filleules venant de Yopougon, Blockhaus Cocody, Plateu-Dokui et de l’orphelinat d’Abobo. 50 mentors ont été recrutées en Côte d’Ivoire, en France et aux Etats-Unis des Amériques.

« AHIMAN est avant tout pour nous un désir de répondre de façon concrète à un problème de fond qui subsiste dans notre société. En tant que co-fondatrices, si nous avons pu réaliser de grand parcours malgré notre jeune âge, parce que nous avons eu des personnes, mentors, parents pour nous dire simplement que c’était possible. Lorsque l’environnement autour de nous, semblait restreindre notre champ d’action, ces personnes nous ont appris à avoir de l’ambition, y croire et se battre pour y arriver. C’est de là que par l’essence de notre passion pour cette œuvre : donner à la Cote D’Ivoire ce que nous avons reçu gratuitement d’elle. Nous sommes convaincues qu’éduquer une femme, c’est éduquer une nation. C’est pour cela que le désir de réussir cette œuvre est très présent en nos cœurs. » - Kedjen Diegba , Co-fondatrice Ahiman


Notre Mission

Promouvoir l’autonomisation de la jeune fille à travers :